Braconnage en mer et destruction des espèces : les coquillages protégés

Le braconnage en mer ou pêche illégale est une activité qui peut avoir des impacts sociaux, économiques et écologiques. En effet, il est souvent à l’origine de l’extinction des espèces et il est aussi l’un des principaux facteurs de perte de biodiversité dans le monde car il détruit les habitats naturels et occasionne les changements climatiques.
Jusque-là, les espèces les plus menacées par le braconnage en mer sont : les baleines, les poissons, les crevettes, les crabes et les coquillages. Quant au braconnage terrestre c’est-à-dire de la chasse illégale, il menace la survie des éléphants, des rhinocéros, des pandas, des tigres et des ortolans.

La lutte contre le braconnage en mer

La lutte contre les braconniers des mers est déjà lancée depuis plusieurs années dans certains pays. A Marseille par exemple, des policiers et des gendarmes déploient tous leurs efforts pour traquer les pilleurs des fonds marins. Ils embarquent pour suivre jours et nuits les bandits de la Méditerranée et ils cherchent surtout les chasseurs sous-marins.
Une fois qu’ils les attrapent, ils les ramènent à terre et ils confisquent leurs matériels. Ils les emmènent ensuite à la brigade pour réaliser une audition. Ces mesures sont prises pour bien encadrer la pêche et la chasse et pour protéger les espèces animales, en voie de disparition ou non.

Les coquillages protégés et les impacts du commerce de coquillages

En ce qui concerne les coquillages, les espèces protégés de la Méditerranée sont : la luria lurida, l’érosaria spurca, la patella feruginea, la patella sofiana d’Andalousie, la pinna rudis, la pinna nobilis, les charonias, la lithophaga lithophaga ou datte de mer, la ranella olearia, la pholas dactylus, la mitra zonata et la tonna galea.
Par ailleurs, il convient de noter que le commerce de coquillages encourage aussi le braconnage en mer et la pêche en masse et condamne la vie marine. C’est une autre activité illégale qui consiste à sécher et à nettoyer les coquillages afin de les transformer en objets de décoration ou en bijoux. Le souci c’est que les vendeurs de coquillages ne respectent pas les règlementations en la matière et ils exploitent presque toutes les espèces, mêmes les espèces rares et en voie de disparition.
C’est par exemple le cas du nautile qui est un mollusque marin doté d’une sublime coquille spiralée et multicolore et aussi de plusieurs couches protectrices. A cause du braconnage en mer et du commerce illégal de coquillages, il est traité en usine en plusieurs unités et il est par la suite envoyé chez un artisan ou chez un magasin local.

Leave A Comment